Avec le soutien du
Collection Histoire culturelle, technique, économique et sociale
Écrans français de l’entre-deux-guerres – de Jean-Jacques Meusy
par Léo Souillés-Debats

Écrans français de l’entre-deux-guerres

De Jean-Jacques Meusy

Tome I : L’apogée de “l’art muet”

355 pages / 403 illustrations / 35€ TTC 

Tome II : Les années sonores et parlantes

259 pages / 219 illustrations / 30€ TTC

Coffret comprenant les deux tomes : 65€ TTC

Commandes sur le site du LCPDU

La brochure de présentation de l’ouvrage se trouve ici.

Cet ouvrage représente une façon inhabituelle d’envisager l’histoire du cinéma. Comme certains historiens évoquent la chrétienté à travers les cathédrales, l’auteur a mis au premier plan les salles de cinéma, considérées comme un poste d’observation, comme un carrefour où les films rencontrent leur public. Plusieurs avenues mènent à ce carrefour, qui constituent autant de chemins à emprunter pour comprendre l’histoire du cinéma dans sa double identité d’art et d’industrie.

L’architecture des cinémas, modeste ou prétentieuse, leur économie, leur situation dans la ville, leurs promoteurs et leurs architectes, leur programmation et leurs publics sont autant d’éléments signifiants. Comme sont également signifiants les changements dans les modes d’exploitation des films avec, notamment, la généralisation du système de l’exclusivité qui amène non seulement une forte hiérarchisation des salles mais témoigne aussi du changement d’attitude par rapport au film qui cesse d’être une marchandise industrielle standard. Ce changement d’attitude s’exprime aussi par le développement des ciné-clubs et des salles « d’avant-garde » dont l’influence est beaucoup plus importante que leur place marginale dans l’économie du cinéma ne le laisserait croire.Les années 1920 sont, en effet, celles de la naissance de la cinéphilie et de la reconnaissance du cinéma en tant qu’art.

L’irruption en France du cinéma sonore dans une profession peu préparée, amena un véritable séisme. Léon Gaumont et Charles Pathé disparaissaient de la scène et laissaient la place à des concentrations industrielles et commerciales d’ampleur inconnue auparavant. Après le quasi-échec des mesures de contingentement, industriels et financiers misaient sur la barrière de la langue pour protéger le cinéma français de l’ogre américain et lui permettre une véritable renaissance, malgré les craintes suscitées par le film parlant chez certains intellectuels et artistes.

L’exploitation dut faire de gros efforts pour rénover un parc de salles vieilli et surtout inadapté au cinéma sonore. Il fallut reconsidérer l’architecture intérieure des salles, rénover les anciennes et en construire de nouvelles. A Paris, le nombre de cinémas augmenta de près de 81% entre 1929 et la guerre. Des architectes de talent, dont certains influencés par les courants modernistes, profitèrent de ce nouvel élan en se spécialisant dans ce type de construction.

Sur fond de crise du capitalisme et de vifs antagonismes politiques, le cinéma devenait le loisir numéro 1 des Français et son pouvoir médiatique, surtout depuis qu’il avait appris à parler, renforça l’intérêt que lui portaient les grandes familles de pensée. Qu’il s’agisse de films de la gauche, de l’Eglise, des Ligues d’extrême droite ou des films de propagande coloniale, le cinéma des années 1930 participa aux débats citoyens. Outre les meetings et les salles improvisées, les cinémas en furent les principaux témoins.

Malgré le développement du doublage qui rouvrit largement le marché français aux films étrangers, malgré les fort nombreuses faillites du milieu des années 1930, le cinéma français ne retomba pas dans sa léthargie. Il trouva sa voie dans une certaine forme de réalisme poétique et fut souvent porté davantage vers le destin pittoresque d’êtres marginaux et solitaires que vers la classe ouvrière elle-même.

Vous trouverez ci-dessous les recensions de l’ouvrage :

Émile Breton, l’Humanité, 31 mai 2017 : http://www.afrhc.fr/wp-content/uploads/2017/05/Compte-rendu-Ecrans-Français-LHumanité.jpg

Panier