Avec le soutien du
Collection Histoire culturelle, technique, économique et sociale
La culture cinématographique du mouvement ciné-club. Une histoire de cinéphilies (1944-1999)
par Léo Souillés-Debats

La culture cinématographique du mouvement ciné-club. Une histoire de cinéphilies (1944-1999)

De Léo Souillés-Debats

576 pages / 97 Illustrations (60 noir et blanc, 30 couleur) / 25€ TTC 

Commandes sur le site du LCPDU

La première et la quatrième de couverture sont disponibles ici.

La table des matières est consultable ici.

Rencontres et signatures :

  • La Cinémathèque de Toulouse, le jeudi 19 octobre à 17h30
  • Librairie Autour du monde à Metz (date à confirmer)
  • Ligue de l’enseignement de Moselle à Metz (date à confirmer)

 

Présentation :

Aux lendemains de la Seconde Guerre mondiale, les ciné-clubs s’organisent autour d’un mouvement social et culturel sans précédent qui s’étend rapidement à toute la France. S’inscrivant dans le prolongement des premières expériences cinéphiles des années 1920 et 1930, ils fusionnent désormais avec les réseaux et les idéaux de l’éducation populaire. Dès lors, ce mouvement devient l’un des principaux lieux d’épanouissement d’une culture cinématographique aux ramifications multiples et aux formes d’expression diverses.

Empruntant à l’histoire sociale et culturelle des représentations et à la sociologie de l’expertise, cet ouvrage se propose d’étudier le mouvement ciné-club entre 1944 et 1999 en s’intéressant en premier lieu à son « modèle structurel » (réseaux associatifs et fédérations) et son statut juridique (réglementation non commerciale). À ce cadre spécifique s’ajoute un « modèle culturel » qui se construit autour d’un corpus cinématographique de référence et s’exprime à l’occasion des séances du ciné-club en suivant un schéma précis: présentation du film, projection et discussion entre les animateurs et les adhérents de l’association. Ces différents éléments constituent un « modèle ciné-club », dont l’observation permet d’analyser la diffusion d’un savoir « légitime » au sein d’un espace spécifique et d’étudier son application effective dans ce même espace, en le confrontant aux goûts et aux pratiques des animateurs et des adhérents.

Le présent ouvrage tente ainsi de définir la culture cinématographique des ciné-clubs, en étudiant la constitution et l’expansion de ce mouvement d’éducation populaire « par et pour le cinéma » au sein duquel coexistent quatre générations de cinéphiles qui se croisent ou se succèdent durant plus d’un demi-siècle. Ces interactions entre une multitude d’acteurs, d’objets et de pratiques permettent d’évaluer les écarts entre les discours du sommet (fédérations de ciné-clubs) et les pratiques effectives à la base du mouvement (animateurs et adhérents). Elles questionnent ainsi l’émergence d’une « cinéphilie ciné-club », véritable «cultivation » commune d’une culture cinématographique partagée.

 

Table des matières :

Avant-Propos

Préface

Sigles et abréviations

Introduction

Première partie : De la renaissance des ciné-clubs à la construciton d’un mouvement (1944-1956)

Chapitre 1 : La naissance d’un mouvement d’éducation populaire par et pour le cinéma

I. – La constitution d’un réseau associatif national

II. – La reconnaissance d’un secteur non commercial du cinéma

Chapitre 2 : Construction et diffusion d’un « modèle ciné-club »

I. – La construction d’un modèle de transmission par et pour le cinéma

II. – La diffusion d’un paradigme : catalogues, documentation et formation

Chapitre 3 : Les premiers contours d’une cinéphilie ?

I. – De l’animateur à l’adhérent : la rencontre des publics

II. – La difficile équation de la programmation

Deuxième partie : Du renouvellement générationnel à la reconnaissance institutionnelle (1957-1967)

Chapitre 4 : La nouvelle vague des ciné-clubs

I. – Vers une nouvelle réglementation du secteur non commercial

II. – Vers une uniformisation des ciné-clubs ?

III. – L’art et essai : meilleur ennemi des ciné-clubs

Chapitre 5 : Une nouvelle vague générationnelle

I. – Une nouvelle jeunesse pour les publics des ciné-clubs

II. – La nouvelle vague éditoriale des fédérations

III. – La formation d’une nouvelle génération de cinéphiles : adaptation et appropriation

Chapitre 6 : Le développement d’une cinéphilie à l’ombre du panthéon ciné-clubiste

I. – La Nouvelle Vague dans les ciné-clubs : un rendez-vous manqué ?

II. – La programmation des ciné-clubs à l’épreuve d’une nouvelle génération de spectateurs

III. – Du poids des classiques à la réévaluation des chefs-d’œuvre

Troisième partie : Du décln d’un mouvement à la transmission d’un héritage (1968-1999)

Chapitre 7 : De la fédération à l’adhérent : un mouvement ciné-club en perte de vitesse (1968-1979)

I. – 1968 : le ciné-club à l’épreuve de son utopie

II. – Vers une remise en question des fédérations

Chapitre 8 : De l’obsolescence d’un modèle à la désaffection du mouvement

I. – Le modèle ciné-club à l’épreuve des générations

II. – Le modèle ciné-club à l’épreuve des nouveaux modes de consommation du spectacle cinématographique

III. – Le développement de  l’art et essai : vers une reconversion des animateurs

Chapitre 9 : Des catalogues à la programmation : un panthéon ciné-clubiste en quête de renouveau

I. – Astérix, Pierrot le Fou et Ali Baba : la programmation des ciné-clubs en question

II. – Le pari du 16 mm

Chapitre 10 : De l’appropriation d’un modèle à la transmission d’un héritage (1980-1999)

I. – 1980-1981 : le dernier souffle du mouvement ciné-club

II. – Des MJC aux salles municipales, des stages aux festivals ou la reconversion des ciné-clubs

III. – Un pari perdu pour un modèle en héritage

Conclusion

Sources

Bibliographie

Annexes

Index des noms propres

Index des films cités

Panier